Louveteau, scout, chef louveteau (Chil) « Hermine tout à l’aise » a aussi été un membre très actif du clan et de l’ASBL Chaine d’Or

Né à Hal le 26 avril 1951, il a grandi à Braine le Château et a intégré la 19ème BW Chevaliers Notre-Dame dès ses 8 ans

Il est décédé ce lundi 19 avril 2021 en promenant son chien, comme chaque jour, dans son village qu’il affectionnait particulièrement.

Voici quelques réactions d’anciens membres des scouts, clan, de classe ou de voyages….

Michel et Isabelle (Wesel-Holemans)

On se connaissait depuis l’école gardienne, puis en primaire à l’école communale de Braine-le-Château.  Ensuite à l’athénée de Braine l’Alleud.

C’est lui qui m’a entraîné chez les scouts … avec toutes les conséquences ; dont ma rencontre avec Isabelle (Holemans, mon épouse). 

Etant scouts, lui CP et moi second, on programmait des hikes de patrouilles où nous étions bien souvent juste nous deux.

Premiers voyages à deux à l’étranger : au Luxembourg en stop (à 15 ans), en Angleterre (à 16 ans),  puis en Suède en stop (à 17ans) dans un cirque.

Parfois (souvent ?) on s’engueulait et puis on repartait quand même. 

Et puis il y a eu toute l’aventure de la Chaine d’Or.

Alex Fourneau :

Cela me touche de par une bonne partie de passé en commun, chez les scouts, comme chef louveteau, comme membre du jeune clan et du clan, et enfin comme membre de l’asbl de Hal.

Claude a aussi connu des scouts anglais (Ted et Prof entre autres) lors d’un camp d’handicapés à la Fresnaye.

Il aimait bien chanter en groupe.

Michel Steens a été son équipier et mécanicien lors d’une traversée de désert et d’une partie de l’Afrique.

Il a joué le rôle d’un bébé à la prison de Marneffe (animations lors des réveillons de Noël).

Excellent cuisinier (c’était son métier) il m’a fait découvrir des plats, lors des 5° repas au camp louveteau.

Il était dans la patrouille des faucons (avec Michel Wésel entre autres), avec comme chefs d’abord Willy Piret (Hamster) et puis Michel Pètre (Lévrier idefix)

Je suis allé avec lui et avec Evelyne De Vos dans la maison de vacances des Kinoo en Provence, pour permettre apparemment à Evelyne de se ressourcer.

Je suis allé avec lui, Chantal Remy et Christiane Hennebert  en Bourgogne et à Paris.

Le staff louveteau a préparé son camp 1973 avec lui et avec ses parents dans leur petit chalet près de Chamonix.

On est nés dans la même clinique à Hal à 3 jours d’intervalle.

Au camp du jeune clan, avec le clan dans les Fagnes en 1968, sous Louis Leclercq, on était 6 ou 7 à vouloir faire une blague à Louis quand il allait monter se coucher. On s’est mis tous ensemble dans le même lit (le sien) et on a attendu…. Louis, lui, discutait au rez-de-chaussée avec les hauts pontes de ce qui était alors l’ébauche de la maitrise. Bref on est sorti du lit avant son arrivée que personne n’a vue ni entendue.

-Entrée de Claude chez les louveteaux : j’imagine en 1959. Vicky était son chef à ce moment-là.

-Entrée chez les scouts : j’imagine en 1963. Comme chefs il a eu Willy Piret, Eric Demesmaecker, Daniel Mahy, Michel Pètre…

-Passage au jeune clan sous Louis Leclercq : en 1968, et dans la foulée au clan mixte.

-Intendant au camp louveteau au camp de 1970

-chef louveteau entre 1970 et 1973, sous Vicky 1 an, et le reste avec moi (+Jean François Willems et Patrick Roosens)

-à l’asbl depuis 1973 je pense.

Anecdote : quand il était chef louveteau il était très maigre et effilé, et même si son nom de chef était Chil, beaucoup de louveteaux l’appelaient : « lange saucisse Zwan ».

Marie et Vicky (Reumont-Van Bever)

Une photo de Claude lors de notre mariage le 1 juillet 1972
1959
Où est Claude ?

Caroline Focant

Claude, ce sont des souvenirs mémorables d’un hike dans les Fagnes en Land Rover sous la neige…des rires partagés en cuisine pour la préparation du repas de mariage de Max et Marie…
Et puis nous sommes devenus « voisins » …
Il est venu m’assister pour les repas des communions de mes enfants avec beaucoup de talent…
Et puis, on se croisait occasionnellement et il prenait plaisir à nous conter ses histoires (parfois un peu longues) du Queyras qu’il affectionnait tant…
Il a vu grandir mes enfants et mes petits-enfants…
Je ne verrai plus sa camionnette en passant, mais je ne l’oublierai pas.
Qu’il repose en paix !

Max et Marie (Michel et Marie-Christine Maréchal-Coché)

Ma rencontre avec Claude s’est faite 1 an après mon entrée dans l’unité de Halle vers 1975….en faisant partie du clan.

Un des plus beaux souvenirs avec lui est sûrement notre périple en land rover (1980) en Irlande avec Michel Steens et Max. Un mois de camping sauvage, de nuits à la belle étoile, de visites et de chants ou animations dans les pubs (avec de la guiness, bien sûr !). Pas toujours évident étant la seule fille…. Mais cela a permis le début de notre histoire à Max et moi.

Puis il y a eu notre mariage : Claude faisant partie de la chorale du clan créée à cet effet et surtout notre traiteur qui nous a vraiment gâtés !

Ensuite les visites chez nous, pour prendre des nouvelles de nos enfants, de la vie de l’unité ou des anciens. Quelques aides pour l’ordinateur, les mails, le stockage des photos etc…

Pas facile, facile, le Claude mais on arrivait toujours à continuer les aventures ensemble.

Chaque année il me commandait 2 calendriers scouts que je me procurais via ma famille, mes amis ou finalement mes voisins et son plaisir était de venir les chercher afin de passer une petite soirée ensemble.

Et puis beaucoup de souvenirs de ses années de scoutisme racontés : il avait adoré cette période de sa vie. C’était le « bon vieux temps ! »

Ces dernières années il passait beaucoup de temps dans le Queyras ; dès les beaux jours et jusqu’aux premières gelées. Il campait toujours (sous tente, avec ses chiens respectifs) malgré pas mal d’ennuis de santé. Il y avait même emmené sa vieille maman de 90 ans il y a deux ans afin qu’elle ne reste pas seule à Braine le Château pendant son séjour.

Sous son aspect de vieux célibataire bourru et négligé, il restait fidèle dans ses amitiés !

Bon vent Claude…

.

.

Nicou (Nicole Vanmulder)

Je reconnais bien Claude dans les récits de Michel et Alex…..j’ajouterais les WEs dans les fagnes, l’hiver, les WEs champignons l’automne, sous la direction de Michel Pêtre, le spécialiste ; les camps de clan l’été, les réunions ASBL……un fameux personnage ce Claude, bourru mais attentif…..et toujours partant pour les séjours Nature…..Bon vent….

.

.

.

.

Benoit Devleminck

Claude, je le rencontrais très souvent au village. Nos promenades se croisaient régulièrement. Il y a à peine 2 semaines, nous discutions encore sur le trottoir pendant près d’une heure. Dans ses paroles et ses pensées, l’Unité avait toujours une place prépondérante. Il demandait des nouvelles des uns et des autres, et lui m’en apportait de son côté.
Il préparait son n ième départ vers le Queyras. Il y arrivait le premier jour de juin, à l’ouverture du camping, et n’en repartait que fin septembre, à la fermeture. Il connaissait chaque sentier de ce massif montagneux  qui continuait à l’émerveiller.

Caractère fort, abrupte parfois, il ne laissait personne indifférent. Il était engagé au sein de l’unité; preuve en sont ses nombreuses organisations de repas lors des fêtes d’unité, les préparations lors des mariages de ses amis de l’unité Ses qualités étaient reconnues.

Merveilleux souvenirs et partages sincères ….. Merci, et bon vent à toi, Claude.

.

.

Marc Walschot :

Je me souviens avec beaucoup d’émotion de sa Saab et de l’énorme chien qui l’accompagnaient tout au long du camp de Macquenoise (mon premier. Patrouille des grizzlys. Ben (Benoit Devleminck) était mon CP). De ses coups de gueule, de son franc parlé et de franches rigolades. Nous avons passé de très très chouettes moments en sa présence. Depuis, plus de 40 années se sont écoulées….

Merci à Claude d’avoir participé à mes plus agréables souvenirs.

.

Peggy Van Volxem


Nous partagions la même passion pour le Queyras où nous l’avions aperçu sortant de la librairie son journal sous le bras et remonter dans sa camionnette. Il n’y avait pas de doute c’était bien lui. Depuis nous échangions sur ce paradis lors de nos AG annuelles. Quelle passion ! Les Queyrassins l’attendaient dans quelques semaines. Les témoignages qui affluent de là-bas sont très touchants et viennent renforcer les vôtres. Un homme discret mais touchant. Je me suis dit que vous seriez heureux de voir que sa mémoire est honorée dans ses belles montagnes.

Je suis également très touchée par la profondeur de vos  témoignages et de vos échanges. Encore une fois la famille scoute montre toute sa puissance. C’est très beau ❤.

En tant que parents d’une baladin, d’un loup et d’un scout à l’unité en ce moment nous sommes un peu comme un trait d’union entre vous et eux. Hier samedi 24/04, covid oblige, l’unité était éparpillée dans tout Braine le château. L’une d’elle était à la chapelle… Le hasard des circonstances aura permis de faire s’envoler les cris des loups jusqu’à lui comme un hommage de la génération actuelle ❤.

Joseph et Anne (Coché-Englebert)

Claude…tu vas nous manquer !

Toi, cet homme hors du commun, amoureux de la nature, des voyages, de la musique, de la littérature et de l’histoire, passionné par la gastronomie, attentif, sous tes airs bourrus, à chacun d’entre nous, fidèle à tes amis d’hier et d’aujourd’hui…

Que d’aventures avons-nous vécues à tes côtés ou par procuration lorsque tu nous racontais les tiennes lors de soirées mémorables de tournois de whist agrémentées de quelques bières… (Tes aventures avec l’Unité, les scouts anglais, tes découvertes au Canada et au Queyras, tes amis français, ton dernier livre, disque ou  concert !)

Quelques souvenirs en pagaille :

Ton initiation à la cuisine lors de nombreuses soirées à la Chaîne d’or à Halle.

Avec toi et une petite partie du clan  dans les Dolomites où nous avions dormi dans une réserve de chasse, pensant que c’était une réserve d’acacias !

Lors de mon premier et unique job d’étudiante au resto GB où tu m’as coaché avec bienveillance et rigueur …,

Lors de nombreuses fêtes de famille où tes talents de traiteur firent notre bonheur …

Ton cadeau pour la naissance de notre premier enfant, une petite chaise qui trône toujours dans notre cuisine pour nos petits-enfants…

Tes différents chiens : Broussaille qui t’avait accompagné au Québec, Blutch, Papouf et Morti dont nous étions famille d’accueil lors de tes voyages lointains ou en cas de besoins urgents …

La conduite de ta Saab  lorsque j’ai « pu » te ramener chez toi à Uccle, t’ayant confisqué tes clés pour une bonne raison après une fête bien arrosée.

Le camping sauvage au festival du Temps des Cerises à 3 dans une mini-tente….

Et bien d’autres…

En 2014, nous avions eu l’occasion de partager avec toi « ton Queyras » : merci pour ces beaux moments qui resteront, comme tous les autres gravés dans notre mémoire…

Bon vent, Claude !

Cathy et Kishan (Botman-Moreau)

Si nous devions retenir un adjectif pour qualifier Claude c’est la fidélité. Fidélité à ses choix, à ses valeurs et à l’Unité où il participait régulièrement à diverses activités et aux réunions de l’ASBL Chaine d’Or.

Lorsque nous avions l’occasion de nous y rendre nous savions que ce serait sûrement une occasion de le revoir.

Nous gardons particulièrement en souvenir une fête d’unités avec repas à la salle St Remy de Braine-Le-Château au début des années ‘90 où Claude nous avait offert son temps et ses compétences pour la préparation de plusieurs centaines de repas.

Je ne sais pas comment nous aurions fait sans lui. Il nous avait même offert un magnifique jambon de Parme qui a servi de cadeau dans des enchères où il fallait deviner le poids de la pièce.

Le jambon était emballé dans un plastic et un des chefs nous a demandé s’il ne fallait pas retirer le plastique qui entourait le jambon parce que ça ne présentait pas bien pour les enchères.

Nous ne savions pas qu’il était emballé sous vide et avons dit au chef que c’était une bonne idée. Nous n’oublierons jamais le tonnerre de dieu qui est sorti de la bouche de Claude quand il a vu la bêtise que nous avions faite.

Le chef a ramassé l’engueulade de sa vie et nous, nous étions dans nos petits souliers.

Mais Claude c’était surtout un amoureux de la nature, du Queyras dont il nous parlait avec beaucoup de passion les dernières fois que nous l’avons croisé.

Nous pensons aussi à sa maman qui se retrouve seule à un âge où il est important de pouvoir compter sur ses enfants et qui devra faire son deuil dans des circonstances qui ne s’y prêtent guère. Foutu covid.

Il était un membre fondateur de l’asbl et avait réussi à faire le lien entre plusieurs générations de chefs. Il n’était jamais à court d’anecdotes.

Quand il nous racontait des souvenirs de ses hikes ou de ses camps c’était toujours avec beaucoup d’enthousiasme.

Bonne route à lui.

Alain Houyoux :

En dehors des occasions que j’ai eues de côtoyer Claude lors des réunions ou sorties scoutes, j’ai été son commis de cuisine à plusieurs reprises, et ai travaillé à son service dans son magasin traiteur à Baulers en 1989 dans l’attente de mon permis de travail pour mon début de carrière en Tanzanie. Caractère trempé, mais cœur en or.

Toujours très touché quand j’allais lui rendre visite lors de mes brefs passages en Belgique, et même quand cela faisait plusieurs années que nous nous étions plus vus, nous nous retrouvions comme si on s’était quitté la veille, avec bien sûr le partage des nouvelles de nos connaissances communes en plus.


Claude nous quitte en indéfectible ami, quel autre plus beau souvenir pouvait-il nous rendre, quel autre plus bel hommage pourrions-nous lui témoigner

Claire Haguinet :

Je me souviens de sa gentillesse, les enfants et moi l’aimions beaucoup, nous avons passé de très bons moments avec lui et Morti !!!
Il avait installé sa tente dans notre jardin, qu’on a dû fixer avec des tendeurs supplémentaires attachés à notre maison à cause du vent. Il ne voulait surtout pas déranger, et nous avait préparé un “ceviche” et un poulet tandoori… il avait tout apporté, un régal !Tu vas manquer à plusieurs personnes dans le Beaujolais, Claude !!! Adepte de la balade gourmande, un repas par étapes, entre-coupé de balades dans les vignes, et surtout un vin différent à goûter à chaque étape !
Bref… il avait une place dans notre cœur… Les enfants sont tristes… 

Claire Haguinet, fille de Christian qui habite dans le Beaujolais…